France

Villiers (Vienne) : une fillette de 9 ans enlevée et violée

Victime de viol
9.44KViews

A Villiers dans la Vienne, une fillette de 9 ans a été kidnappée et violée alors qu’elle allait acheter du pain à proximité de chez elle. L’alerte a été donnée par les parents de la petite fille qui a été relâchée une heure après qu’un homme l’ait approché avec sa voiture et forcé à monter avant de la violer. Des centaines de gendarmes ont été mobilisés pour retrouver le violeur qui à réussi à prendre la fuite. Le maire de la commune de Villiers évoque “Un sentiment inqualifiable”.

La fillette Kidnappée et violée en allant chercher du pain

C’est la famille de la jeune victime qui a tiré la sonnette d’alarme auprès des forces de l’ordre. Une fillette de 9 ans a été kidnappée et violée après être sortie pour acheter du pain. Cela s’est passé dimanche 20 septembre dans la commune de Villiers, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, comme le rapporte France 3. D’après le récit des faits, la petite fille se rendait seule à la boulangerie et c’est à ce moment qu’elle a été abordée par un homme en voiture, une Citroën C3, qui l’a forcé à monter. La fillette raconte également avoir été violée.

Alors que les Gendarmes se sont rapidement lancés à sa recherche, la jeune fille a finalement été retrouvée une heure plus tard, mais l’homme est parvenu à s’enfuir.

La chasse à l’homme est lancée

Immédiatement après que la jeune ait été retrouvé saine et sauve, la chasse à l’agresseur a commencé avec au moins quatre cents gendarmes mobilisés pour le retrouver dans la zone entre les départements de la Vienne, les Deux-Sèvres et  le Maine-et-Loire. Les enquêteurs ont également utilisé l’aide de drones pour surveiller la zone depuis le ciel. Ils ont été rejoints aujourd’hui par des officiers de police judiciaire dans la mise en œuvre de ce qui est connu en France sous le nom de Plan Épervier.

Littéralement “Plan Épervier” est le terme utilisé pour décrire l’opération de gendarmerie qui fait suite à un enlèvement, une évasion ou lors de la recherche et de l’arrestation d’une personne ayant commis un crime grave.

Le maire de la commune de Villiers à exprimé sa colère : ”

Nous sommes tous en état de choc, il n’y a pas de mots . Plus que de la colère, un sentiment indicible. La famille est dévastée et la jeune fille sera traumatisée à vie

Hier, la direction des services académiques de Vienne a mis en place une cellule psychologique dans l’école fréquentée par la jeune fille pour toute personne ayant besoin de soutien après ce qui s’est passé.

Hélène Tissot

Laisser un commentaire