Monde

USA : l’État de Virginie abolit la peine de mort

L’État de Virginie a aboli la peine de mort : c'est l'Etat qui procédait au plus grand nombre d'exécutions.

Condamnation à mort par injection létale
46Views

Le Parlement de Virginie a approuvé le texte qui abolit la peine de mort dans l’État américain qui a exécuté le plus grand nombre de condamnations à mort avec près de 1 400 exécutions depuis sa mise en place. La loi doit maintenant être promulguée par le gouverneur, le démocrate Ralph Northam, qui a déjà annoncé qu’il la signerait.

Virginie : vingt-troisième État américain à abolir la peine de mort

Le Parlement de Virginie a approuvé le texte qui abolit la peine de mort dans l’État américain qui, dans son histoire, a exécuté le plus grand nombre de condamnations à mort, près de 1 400 depuis sa fondation. Grâce à ce texte, la Virginie deviendra ainsi le vingt-troisième État américain à mettre fin à la peine de mort.

Depuis que la Cour suprême a rétabli la peine capitale en 1976, la Virginie a exécuté 113 personnes, un nombre que seul le Texas dépasse. En Virginie, deux personnes sont actuellement dans le couloir de la mort : Thomas Porter, condamné à mort en 2005 pour le meurtre d’un policier, et Anthony Juniper, condamné à mort en 2004 pour avoir tué son ex-petite amie, son frère et deux de ses enfants. Une fois le texte entré en vigueur, leurs peines seront commuées en peines de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle.

Des exécutions majoritairement appliquées sur des afro-américains

Dans la grande majorité des cas, la peine de mort en Virginie a été appliquée à des prisonniers afro-américains. L’État a en fait une longue histoire d’esclavage. Selon le Centre d’information sur la peine de mort, 296 détenus noirs ont été exécutés contre 79 blancs.

La Virginie est également l’État qui a envoyé l’Italo-américain Derek Rocco Barnabei à la potence en 2000. Son affaire a suscité beaucoup de controverses en raison des doutes sur sa culpabilité : l’homme a en effet été condamné pour le viol et le meurtre de sa petite amie de dix-sept ans, Sarah Wisnovsky.

Une autre affaire qui a provoqué une vaste mobilisation est celle de Joseph Roger O’Dell, exécuté en 1997 après avoir été reconnu coupable de meurtre au premier degré. Même le pape Jean-Paul II et Mère Teresa de Calcutta lui sont venus en aide… en vain.

Laisser un commentaire

quatre + treize =