Monde

Ukraine : Biden évoque un risque de troisième guerre mondiale

L'escalade des tensions entre l'Ukraine et la Russie se poursuit, surtout après les propos du président américain qui a évoqué la troisième guerre mondiale : "La Russie est prête à l'Ukraine sous 48 heures".

Char russe T-90S en action
1KVue

La tension monte entre la Russie et l’Ukraine, dans un conflit qui, selon les États-Unis, semble avoir déjà été tranché par le président russe Vladimir Poutine, qui appellera aujourd’hui son homologue américain, Joe Biden. Les deux hommes, dont la dernière conversation remonte à décembre dernier, se téléphoneront dans la journée. Dans une interview accordée à NBC News, Joe Biden a évoqué le risque d’une troisième guerre mondiale en parlant d’un conflit « où la Russie et les États-Unis seraient impliqués« .

La Russie « prête à envahir l’Ukraine »

Selon les services de renseignement américains, la Russie est prête à envahir l’Ukraine, une attaque que le pays dirigé par Poutine pourrait mettre en pratique en moins de 48 heures et qui pourrait avoir lieu dès la semaine prochaine, avant la fin des Jeux olympiques d’hiver à Pékin.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a tout de même minimisé les propos de M. Biden et son appel aux citoyens américains à quitter immédiatement l’Ukraine en parlant de « pression psychologique ».

Toutefois, suite à l’annonce de l’arrivée de nouvelles troupes russes le long de la frontière russo-ukrainienne, le maire de Kiev a approuvé un plan d’évacuation de la capitale : « Les services de la ville travaillent pour prévenir une situation d’urgence de nature militaire« , a expliqué Vitaly Klichko dans une note, qui évoque des « réserves de carburant » et des « générateurs électriques installés pour fonctionner sans interruption en cas de situation d’urgence ».

Actuellement, 100 000 soldats russes sont déployés à la frontière, l’une des plus grandes armées du monde, comme l’a reconnu M. Biden lui-même, qui pourrait attaquer l’Ukraine par voie terrestre depuis le Belarus, en lançant des raids aériens depuis le Donbass ou la Crimée.

Les revendications de Poutine

Mais la stratégie de la Russie, selon les analyses, semble être pour l’instant celle d’une guerre froide, en stationnant des troupes et en augmentant la tension par des menaces de guerre afin d’obtenir des garanties de la part de l’Occident que les Américains n’incorporeront pas l’Ukraine dans l’OTAN en établissant de nouvelles bases sur le territoire ukrainien.

Poutine ne veut pas de l’ennemi à sa porte et cherche avant tout à étendre sa propre suprématie dans une zone déjà fortement minée par la perte de plusieurs pays. La crainte est désormais que cette guerre implique aussi l’Europe, qui a déjà menacé, avec M. Biden, de nouvelles sanctions immédiates et « drastiques » contre la Russie si Moscou envahissait l’Ukraine : « L’objectif est d’empêcher une guerre en Europe« , ont déclaré les dirigeants occidentaux, qui conviennent de l’importance d’efforts coordonnés pour dissuader une agression de la Russie contre l’Ukraine.

Laisser un commentaire

six − trois =