Monde

Soupçons de fraude aux élections US : le ministre de la justice, William Barr, autorise les procureurs à enquêter

Le ministre de la justice, William Barr, souhaite enquêter sur une possible fraude lors des élections américaines et donne mandat aux procureurs d'enquêter sur des malversations qui auraient pu influencer le résultat.

William Barr, ministre de la justice
9.16KViews

Rompant une fois de plus avec la tradition, le procureur général des États-Unis, William Barr,  a chargé les procureurs fédéraux d’enquêter sur d’éventuelles fraudes électorales avant que la victoire de Joe Biden ne soit certifiée. D’après W. Barr, l’enquête “devrait être menée au cas où il y aurait des allégations claires et crédibles d’irrégularités qui pourraient avoir faussé le résultat d’un État”.

“Pas de fraude systémique majeure”

Ce serait la règle pour le ministère de la justice, qui devrait interdire toute action en justice avant la certification des résultats afin de ne pas influencer l’élection. Jusqu’à présent, le président Trump a refusé d’admettre sa défaite, dénonçant la fraude dans plusieurs de ses tweets mais qui jusqu’ici ne sont étayés par aucune preuve. Même son de cloche de la porte-parole de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, qui prétend que les démocrates ont mené une conspiration dans plusieurs États pour gonfler les votes de Joe Biden.

M. Barr n’a pas signalé de fraude dans sa note, mais il a autorisé les procureurs à ouvrir des enquêtes préliminaires pour trouver des preuves permettant de faire avancer l’enquête. Plus précisément, un fonctionnaire du ministère de la justice a expliqué que M. Barr aurait autorisé une enquête sur la possibilité que des électeurs du Nevada aient voté alors qu’ils n’en avaient pas le droit et que des bulletins antidatés soient arrivés en Pennsylvanie par la poste. Cependant, pour ces deux accusations soutenues par les républicains, il n’y a pas de preuve concrète.

D’après Bloomberg, Barr lui-même aurait révélé aux fonctionnaires du ministère qu’il ne croyait pas qu’il y avait eu une fraude systémique majeure et à mis en garde contre les affirmations farfelues.

Le directeur de la section des crimes électoraux démissionne

Très rapidement, la décision du ministre de la justice à provoqué la démission de Richard Pilger, le directeur de la section des crimes électoraux. Celui-ci s’est exprimé dans une note envoyée à ses collègues :

Il est important d’agir en temps utile, mais en même temps, il faut le faire avec prudence afin de maintenir la neutralité et l’impartialité du ministère”, a précisé le ministre de la Justice, expliquant qu’il ne peut attendre : une fois le résultat certifié, a-t-il dit, la fraude est réduite au minimum. Des mots ambigus qui alimentent la rhétorique du président et qui ont conduit hier soir le plus important procureur du département chargé des crimes électoraux, Richard Pilger, à démissionner avec un courriel envoyé à ses collègues. “Après m’être familiarisé avec les nouvelles règles et leurs ramifications. Je me sens obligé de démissionner de mon poste de directeur de la section des crimes électoraux.

Pour sa part, Joe Biden maintien son avantage dans les États clés qui le garderont en sécurité même s’il y a des recomptages. En Géorgie, le recomptage promet d’être lent, précisément parce que les scrutateurs se savent au centre d’une bataille juridique et devront faire tout leur possible pour éviter les erreurs. Ce n’est pas une coïncidence si les responsables des élections des deux partis ont confirmé publiquement que le décompte s’est déroulé sans problème, et que les seuls problèmes ont été les soucis électoraux classiques.

De son côté, Bob Bauer, avocat de la campagne Biden a réagi à cette annonce :

Le ministre de la justice ne devrait pas les nourrir, mais au final, la démocratie américaine sera plus forte que ces schémas politiques cyniques et maladroits.

En tout état de cause, en vertu de la loi fédérale, les États ont jusqu’au 8 décembre pour régler toute controverse sur le vote, notamment parce que le 14 décembre, la circonscription électorale américaine se réunira pour élire le 46e président des États-Unis.

Jeremy Martin

Laisser un commentaire

dix-neuf − onze =