France

Restauration de Notre Dame : la promesse intenable de Macron

Macron s'accroche à son objectif de 2024 pour la restauration de Notre Dame alors que tous les experts jugent cette "deadline" trop optimiste.

Macron à Notre Dame de Paris
21Views

Cela fait deux ans que le cœur de Paris et de la chrétienté, la cathédrale Notre-Dame de Paris, a été frappé par un incendie dévastateur. Le président Emmanuel Macron, s’adressant en direct à la nation à la télévision au lendemain de l’incendie, a souligné que les Français sont un peuple de “bâtisseurs” et que la cathédrale Notre-Dame serait reconstruite “encore plus belle” et rapidement : “Nous le ferons dans les cinq ans, nous pouvons le faire“, en 2024, lorsque Paris accueillera les Jeux olympiques d’été.

Deux ans après l’incendie, l’objectif semble pourtant encore bien loin, malgré les annonces optimistes du gouvernement . La cathédrale “sera ré-ouverte en 2024“, selon les mots de la ministre Roselyne Bachelot, confirmant que les 833 millions d’euros obtenus grâce à une collecte de fonds publics, nationaux et internationaux, seront suffisants pour achever la restauration.

Les promesses de Macron : “Prêt dans cinq ans”

Une note de l’Élysée à souligné :

Cette visite sera l’occasion pour le chef de l’État de remercier à nouveau tous ceux qui ont contribué à sauver la cathédrale des flammes, tous ceux qui travaillent à sa reconstruction (charpentiers, échafaudeurs, techniciens des téléphériques, grutiers, facteurs d’orgues, maîtres verriers, restaurateurs de peintures et de sculptures, tailleurs de pierre, archéologues et chercheurs), ainsi que les 340 000 donateurs du monde entier qui rendent ce projet possible.

Il est également probable que Macron réitère l’objectif d’achever la restauration d’ici 2024, comme promis il y a deux ans. L’an dernier, dans un message vidéo, il a renouvelé cette promesse malgré l’interruption du chantier due à la pandémie. Toutefois, il s’agit d’un objectif totalement irréaliste, selon les experts.

Pourquoi toutes ces fanfaronnades ? Tout simplement parce qu’il y a des élections en France dans exactement un an et Macron est candidat à sa réélection. Revenir maintenant sur sa parole sur une question aussi cruciale et symbolique que Notre Dame serait tout à fait préjudiciable politiquement.

Qui plus est, les sondages ne semblent pas encourageants pour le président sortant : à 12 mois de l’élection, seuls 35% des Français disent avoir confiance dans l’action du gouvernement concernant la gestion de la pandémie et seuls 45% ont une opinion favorable de Macron, selon deux récents sondages Ifop. Les concurrents d’Emmanuel Macron à droite seront presque certainement Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, et l’ancien député Les Républicains Xavier Bertrand. De la gauche défiera Macron Jean-Luc Mélenchon et, probablement, la socialiste Anne Hidalgo, maire de Paris.

“15 ou 20 ans pour la restauration”

Notre Dame restaurée dans cinq ans ? Impossible. Selon le recteur de la cathédrale, Patrick Chauvet, le chantier pourrait rester actif pendant au moins 15 ou 20 ans. “Je peux vous garantir qu’il y a du travail à faire !” a-t-il expliqué.

L’incendie a en effet répandu sur le site et dans les environs d’énormes quantités de plomb toxique provenant du toit brûlé de la cathédrale, ce qui a compliqué dans une large mesure les travaux de nettoyage qui ont dû être mis en place avant que les travaux de restauration puissent commencer, vers 2022 selon les estimations des experts.

A ce jour, les principaux travaux réalisés ont été la sécurisation de Notre-Dame, avec le retrait des échafaudages qui avaient été installés autour de la cathédrale en 2018 pour une opération de restauration et qui ont été endommagés lors de l’incendie. Le démontage de l’ancien échafaudage n’a été achevé qu’en novembre 2020, mais la sécurisation complète de la cathédrale devra attendre la fin de cet été.

Les origines de l’incendie de Notre-Dame ne sont toujours pas claires

C’était le 15 avril 2019 lorsque la cathédrale gothique, vieille de plus de 850 ans, avait perdu sa flèche, son toit, son horloge et une partie de sa voûte, dévastée par les flammes, sous le regard incrédule de milliers de personnes. Mais quelles étaient les causes de l’ incendie ?

Une enquête préliminaire a été immédiatement ouverte par le parquet de Paris, et deux mois plus tard, l’enquête a été confiée à trois juges d’instruction du tribunal judiciaire de Paris, aux prérogatives plus larges. La “piste” la plus crédible, pour le moment, reste celle d’un court-circuit.

Laisser un commentaire

onze − 10 =