MondeSanté

L’UE serait sur le point de suspendre ses contrats avec Johnson & Johnson et AstraZeneca

UE vaccination contre la Covid-19
1.26KViews

La stratégie préparée par l’Union européenne pour immuniser la population a échoué et a fondamentalement implosé. Nous pouvons le dire sans craindre d’être contredit. La campagne de vaccination Européenne est un échec total, les doses sont rares et les seuls pays déjà très en avance dans la vaccination de la population sont tous non-européens. Pour clore l’épisode calamiteux qui vient de se passer, l’UE serait sur le point de ne pas renouveler les contrats pour le vaccin Johnson & Johnson ainsi qu’Astrazeneca.

La réussite insolente du Royaume-Uni

Il suffit de regarder le Royaume-Uni pour s’apercevoir à quel point la stratégie de vaccination Européenne est un fiasco. En dehors de la “cage européenne”, Londres a pu immuniser rapidement une grande partie des citoyens du royaume et se prépare maintenant à un retour à la normalité. Ainsi, d’un seul coup, même ceux qui prédisaient l’échec du Royaume-Uni en dehors de l’Union européenne ont eu tort.

Il en est de même en Serbie qui progresse rapidement dans la vaccination de la population et peut également se payer le luxe de réserver des vaccins aux citoyens étrangers qui veulent se rendre dans le pays pour se faire vacciner. La Serbie a également décidé de ne pas faire des vaccins un enjeu géopolitique et a ensuite acquis les sérums produits en Chine, en plus du Sputnik V russe.

Vers la non prolongation des contrats avec J&J et Astrazeneca ?

Un nouveau coup est porté à la campagne de vaccination mise en place à Bruxelles. Selon une source anonyme, la commission aurait décidé de ne pas renouveler les contrats pour le vaccin anti-covid 19 Johnson & Johnson et pour le sérum Astrazeneca :

La Commission européenne, en accord avec les dirigeants de nombreux pays de l’UE, a décidé que les contrats avec les entreprises productrices de vaccins (vecteur viral) valables pour l’année en cours ne seront pas renouvelés à leur échéance.

Bruxelles, selon la source, aurait décidé de se concentrer sur les vaccins qui utilisent la technologie de l’ARN messager (ARNm), comme Pfizer et Moderna. Innovants, moins testés, mais pour l’instant ceux qui se sont avérés plus efficaces, bien qu’ils soient plus chers.

Entre autre, la Commission européenne demande à J&J des éclaircissements sur l’annonce “totalement inattendue” faite par la société de retarder la livraison prévue de vaccins à l’Union européenne.

Pendant ce temps, l’EMA, l’autorité chargée de la pharmacovigilance dans le bloc européen, est toujours aux prises avec l’évaluation du vaccin russe Sputnik V, qui est déjà approuvé dans quelque 85 pays du monde. Il semble qu’une décision de l’organe de surveillance européen n’interviendra pas avant le mois de juin 2021.

Laisser un commentaire

dix-neuf + 10 =