Technologie

Gab, grand gagnant de l’éviction de Trump des réseaux sociaux

Gab, une copie de Twitter en pleine expansion aspire à créer une alternative basée sur la liberté d'expression. Le réseau social est le grand bénéficiaire de l'éviction de Trump de l'oiseau bleu.

Gab social
266Views

La grande attention portée à Parler, le réseau social préféré des partisans de Donald Trump, a eu un résultat inattendu : apporter le succès à son principal rival, Gab. Suite à la décision de Facebook et Twitter d’interdire le compte du président sortant des États-Unis, Parler a en fait commencé à accumuler des centaines de milliers de nouveaux utilisateurs par jour, atteignant le chiffre de quatre millions d’utilisateurs actifs et plus de dix millions de membres au total.

Gab profite de la mise hors service de Parler

Le succès soudain de Parler s’est rapidement transformé en cauchemar. En raison de la modération inexistante et de la bienveillance avec laquelle il accepte les contenus haineux, Parler a été retiré de l’App Store et de Google Play. Et ce n’est pas tout : Amazon a fermé le service d’hébergement de l’application Parler dans son cloud, le coupant d’Internet. Cette décision fait aujourd’hui l’objet d’une poursuite judiciaire à l’encontre d’Amazon.

Les déboires de Parler ont donc profité à Gab, un clone “non censuré” de Twitter qui a déjà fait face aux différents obstacles qui ont arrêté Parler et a donc pu vivre le moment sans difficulté.

Fondé en 2016 par Andrew Torba, Gab a été retiré de l’App Store et de Google Play en 2017 (pour violation des politiques contre les discours de haine). En 2018, il a également été expulsé de la société d’hébergement GoDaddy, après la découverte que le terroriste responsable de l’attentat à la bombe de la synagogue de Pittsburgh fréquentait Gab et y avait annoncé ses intentions meurtrières.

Après avoir été rejeté par plus de 25 fournisseurs, Gab a finalement trouvé l’hospitalité chez Epik, une société d’hébergement basée à Seattle qui garantit une présence sur Internet également à d’autres sites controversés tels que The Daily Stormer et Infowars. Pour contourner l’interdiction d’Apple et de Google, Gab a également rendu possible le téléchargement de son application Android directement depuis son site. Pour les iPhones et iPad, le service est uniquement disponible dans sa version web.

En un mot, Gab a déjà trouvé un moyen de rester en service malgré les difficultés. En avril 2020, Gab ne comptait que 800 000 utilisateurs, des chiffres microscopiques comparés à ceux de Twitter (350 millions) ou de Facebook (2 milliards). La controverse qui a suivi l’éviction de Donald Trump des principaux réseaux sociaux, et les difficultés actuelles de Parler, ont cependant donné à Gab une visibilité inattendue.

Selon les chiffres fournis par le PDG Andrew Torba lui-même , Gab gagne également 700 000 nouveaux utilisateurs par jour du monde entier et a eu plus de 40 millions de visiteurs uniques pendant la semaine du 4 au 10 janvier. “Gab a gagné plus d’utilisateurs ces deux derniers jours qu’au cours de ses deux premières années d’existence“, a annoncé Torba sur Twitter dimanche.

Un projet ambitieux

La controverse sur l’éviction de Trump donne un coup de pouce au réseau social de droite. Dans les ambitions d’Andrew Torba, ce succès n’est qu’un début :

Gab n’est pas seulement une alternative aux réseaux sociaux. Nous sommes l’alternative à la Silicon Valley. Si le besoin s’en fait sentir, nous construirons une infrastructure Internet complète à partir de zéro en faveur de la liberté d’expression.

Une liberté d’expression qui, du point de vue de Gab, signifierait théoriquement l’acceptation de “tout ce qui est légal”, mais qui, dans le passé, a également conduit à tolérer les menaces de mort, les incitations à la violence et les contenus terroristes alors que le porno est toutefois interdit.

Gab va-t-il réussir dans ses projets ambitieux ? Difficile. Bien que le choc permanent entre les réseaux sociaux et la droite dure vit actuellement ses jours les plus chauds, les plateformes alternatives n’ont eu jusqu’à présent que deux choix : adopter une politique de modération plus sérieuse (comme c’est le cas de Reddit) ou rester dans l’ombret.

Laisser un commentaire

2 × cinq =