Monde

Facebook supprime des posts de Trump pour incitation à la haine

Donald Trump

Facebook a pris position et a annoncé qu’il avait bloqué certaines publicités et certains messages du personnel du président Donald Trump, liés à la campagne électorale, pour avoir violé la politique des réseau social. Les publicités concernaient en particulier les attaques contre ce que Trump appelait les “groupes gauchistes dangereux”, en les marquant d’un triangle rouge inversé, considéré comme un symbole nazi.

Selon la Ligue contre la diffamation, il s’agit du même symbole avec lequel les nazis marquaient les prisonniers politiques dans les camps de concentration. “Notre politique interdit l’utilisation du symbole d’un groupe interdit sans le contexte qui condamne ou discute le symbole“, a déclaré Andy Stone, porte-parole de CNN sur Facebook. “Nous n’autorisons pas les symboles qui représentent des organisations odieuses ou les postes litigieux“.

Zuckerberg avait également exprimé son dégoût face aux déclarations de Trump contre les manifestations sur la mort de Floyd, mais le réseau social n’était pas intervenu pour des raisons de politique d’entreprise. Les plateformes en ligne n’ont pas les mêmes règles, comme il est apparu clairement lors de l’urgence Covid : alors que Twitter a décidé de vérifier et de marquer les tweets du président américain, mais pas de les supprimer (l’un trompeur sur le système de vote, l’autre violent) comme c’est le cas pour les utilisateurs normaux qui enfreignent les règles ; la Cour de Rome a rejeté la plainte de Facebook contre Casapound et confirmé que l’association néofasciste et le militant Davide Di Stefano ne peuvent pas être retirés du réseau social.

Jeremy Martin

Laisser un commentaire